Auteur : Michel Beauregard

Photographie de figurine miniature

Depuis quelques semaines, j’ai commencé à m’intéresser à la photographie de figurines miniatures à l’échelle HO 1:87

Au début je croyais qu’il n’y avait que quelques photographes qui s’étaient lancé dans ce type de photographie, mais à force de faire des recherches sur le web, ce n’est pas quelques uns, ni des centaines, mais bien des milliers de photographes qui s’adonne à ce plaisir créatif.

Ces figurines existent depuis bien longtemps et étaient utilisées surtout par les amateurs de trains miniature pour recréer des scènes de vies dans leurs montages.

Je ne sais pas quel est le photographe qui a été le premier à utiliser ces mêmes figurines pour créer des montages photos, mais il a carrément parti une mode.

À la différence des amateurs de trains, eus ils utilisent ces p’tits bons hommes dans un monde où tout est à l’échelle (maison, véhicules, outils, animaux, etc).

En photo, nous les utiliserons avec un peu tout ce qui nous tombe sous la main pour imiter d’autres objets ou architectures utilisées par l’être humain, mais dont l’utilité première est tout autre chose.  Donc, imagination et créativité sont des ingrédients essentiels lorsqu’on se lance dans ce type de photo.

Par exemple, je vais utiliser une ampoule pour imiter une montgolfière et un dé à coudre fera office de nacelle, ou un peigne fera une grille de prison, et pourquoi ne pas utiliser nos Ipad, Iphone et cie comme accessoires aussi (écran de ciné parc ou fond associé au thème de la photo).

Si cela vous intéresse de commencer ce type de projet photo, voilà quelques renseignements qui vous aideront.

Pour les figurines, il existe différentes qualités et $$$.

Pour ma part j’utilise principalement celles des marques Preiser et Woodland Sceneries, ils ont une belle variété et qualité.  Mais je suis tombé sur quelques autres moins connues qui étaient quand même pas mal, mais difficiles à trouver même sur le net.

J’ai pensé fouiner un peu du côté de la Chine, mais les figurines ne sont vraiment pas intéressantes.

Où se les procurer:

Quelques commerces dans les environs de Montréal et Laval tiennent un certain choix, mais pour la plupart, vous pouvez leur demander de commander pour vous des items précis.

Van Horne Hobby Ltee
111 Boul Saint-Martin E
Laval, QC H7M 1Z1
Numéro de téléphone (450) 669-4175   (Un endroit incroyable, plein mur à mur de matériel.  Difficile à trouver, car pas vraiment d’annonce commerciale extérieur, et la porte entre un édifice et roulotte)

Jac Hobby
800 Boul Saint-Martin O
Laval, QC H7M 0A7
Numéro de téléphone (450) 667-9988
site web jachobby.com

Udisco Ltd
4660 Decarie Blvd.
Montreal, Quebec,
H3X 2H5, Canada
Numéro de téléphone (514) 481-8107
site web https://udisco.com

Vous pouvez aussi commander par internet au sites web suivants :

Euro Rail Hobbies

Canadian Express Line

Pour faire tenir debout vos figurines, de la colle, 2 possibilités.

Colle pour modèles réduits en plastique.  Elle colle rapidement et se nettoie relativement bien.  Son défaut, elle filamente facilement et de couleur jaune qui peut facilement paraître dans votre photo, surtout si vous utilisez un objectif macro.

img_0359

La colle Hob-e-Tac, une colle blanche, il faut la laisser sécher un peu sur la figurine avant de la placer dans notre montage tout dépendant de la position de celle-ci.  Se nettoie assez bien aussi, pas trop apparente dans la photo et demeure collante un bob moment après avoir enlever notre figurine du montage, donc il est possible d’utiliser notre figurine dans un autre montage son résidu de colle toujours adhérente.

img_0358

En passant, les magasins du style  »Dollarama » sont de bonnes sources pour trouver à peu de frais différents accessoires pour nos montages.

Si vous faites déjà ce type de photographie et avez des renseignements supplémentaires qui pourraient être utiles, n’hésitez pas à m’en faire part pour que je les ajoutent à ce billet.

Voici quelques photographes qui ont rendu ce type de photographies populaire.:

Christopher Boffoli, big appetites

Tatsuya Tanaka, de Kagoshima au Japon http://miniature-calendar.com/about/
Un photographe que j’ai récemment découvert qui a fait de ce type de photo, un défi journalier. Celui-ci a commencé à faire des photos de figurines en avril 2011 et jusqu’à ce jour, il en fait une à tous les jours et elles sont superbes, vraiment, à découvrir.

Une autre belles source de ce type de photos, le site Pinterest

Vous pourrez y découvrir bien d’autres photographes qui ont tous autant d’imagination les uns que les autres.

Et voici le lien vers premières photos du genre.

http://www.michelbeauregardphoto.com/Tabletop/Mes-Minis/

Allez, lancez-vous et amusez-vous bien avec des minis.

Publicités

Traduction Français/Anglais des menus de Photoshop

Combien de fois lors d’ateliers Photoshop on entends les participants demander c’est quoi la traduction pour telle ou telle commande, ceci dépendamment de la version utilisée par le présentateur. Et oui, on est plutôt assez divisé entre les versions anglophone et francophone.

Pas toujours évident de s’y retrouver et quand on essaie de traduire, ce n’est pas toujours exactement la bonne chose qui en ressort.

Je suis tombé sur un tableau en version PDF des commandes dans les 2 langues, un document offert par le site : http://www.creationsitesphotos.fr
document Traduction Français/Anglais des menus de Photoshop PDF

Merci à Fabien Ferrère pour ce document

Un logiciel bien utile

Il y a un programme que j’utilise depuis plusieurs années pour faire mes captures d’écran, surtout pour les cartes afin de préparer voyages et sorties.

Plus rarement je l’utilise aussi pour capturer des vidéos, je le mentionne plus pour vous faire savoir qu’il peut le faire aussi, dans les versions antérieures je ne le trouvais pas super, mais je l’ai essayé avec sa dernière mouture et c’est pas mal bien comme résultat.

Ah oui! mais de quel logiciel je vous parle vous me direz, il s’agit de Snagit ver. 13 de TechSmith.

Cette dernière version est vraiment bien faite et regorge de possibilité, et parmi celles-ci, celle qui m’a incité à vous faire découvrir ce logiciel, c’est la possibilité de faire des captures d’écran en mode panoramique.

Je ne sais pas pour vous, mais moi il m’est arrivé souvent de vouloir capturer une section de carte Google afin de préparer ma sortie ou voyage et me frapper le nez sur quelques problèmes…

1 – souvent la carte n’est pas dans le sens que je voudrais et m’oblige à faire une capture d’une portion plus grande de la carte

2 – et naturellement, si j’agrandi la surface de capture, le nombre de détails tel noms de rues ou routes diminue et même des bouts de routes secondaire ne sont plus visibles.

3 – alors pour conserver les détails, je capturais plusieurs parties agrandies et effectuait un collage, pas mal de travail, faut le vouloir.

Terminé tout ça avec le mode panoramique, on peut faire la capture en tous sens et le collage sera fait par le logiciel et c’est rapide.  Un peu comme on le ferait pour photographier un panorama, c’est assez similaire mais fait en déplacements sur écran.

Une vidéo vous présentant cette nouvelle fonction sur YouTube Capture panoramique

Personnellement, je voulais une carte montrant tout le secteur de l’aéroport mais avec le détail des rues et routes du secteur, cela m’a donné un fichier 5960X4700 pixels avec une résolutions de 120 pixels/pouces pour un poids de 7,2 Mo.  Quand même bien pour avoir un fichier image avec tout le détail.

Un autre point intéressant, il y a un module d’édition plus que complet qui permet de sauvegarder vos captures dans plusieurs formats dont les plus connus et aussi un format propre à lui qui sauve les calques, donc vous pouvez en tout temps retoucher à vos captures et les modifier à votre gré, quand même intéressant comme point.

Si vous voulez voir une présentation du logiciel et aussi voir d’autres vidéos de présentation : Présentation de Snagit

Site web de Techsmith francophone Techsmith

 

 

Sorties photos à Montréal, d’autres liens intéressants

Cliquez sur les liens (soulignés)

Carte des ruelles vertes de Montréal

Si vous préférez sous forme d’une liste :

Ruelles verte, liste sur Wikipedia

Cartes des arrondissements de Montréal

La carte des stations de Métro

 

Une belle banque d’images de Montréal, souvent avec les emplacements précisés. Aussi d’anciennes photographies dans le lot.
On peut aussi voir les images que de les thématiques qui nous intéresse
Le planisphère de Panoramio
Une vue 3d des bâtiments nous offre vraiment la possibilité de planifier les plus beaux secteurs d’intérêts pour nos photographie. Doubler de l’outil Google Street, vous être assuré de ne pas vous déplacer pour rien.

Dans le coin gauche en haut, vous pouvez passer de la vue satellite à plan, en mode satellite les noms de rues n’apparaissent pas par défaut, pour les voir, soit vous passez en mode plan, ou placez votre curseur au-dessus du bouton satellite (quand vous êtes dans ce mode) une autre fenêtre apparaîtra, cochez la case légende et vous verrez les noms de rues aussi en mode satellite.

Dans le coin droit en bas, il y a un bouton flèche courbe, en cliquant dessus vous faites tourer le plan de 90 degrés.

En mode satellite et en utilisant cette flèche, on peut même voir si une ruelle offre des possibilités intéressantes.

L’autre bouton, (genre 4 points) en cliquant dessus vous passez du mode 3d au mode satellite normal. Et ainsi de suite.

 

Sorties photos, où aller et comment trouver

L’été est à notre porte et j’ai commencé à préparer mes sorties photos au Québec.  Comme à chaque année je fais le tour du web pour voir ce que les gens ont pris comme photographies dans le Québec, que ce soit des événements, architecture, graffiti ou tout autre thématique qui accrocherait mon attention.

Et j’imagine que les miennes servent à d’autres pour faire de même.

Je ne récupère pas des centaines de points d’intérêts, mais suffisamment pour me faire des buts, des endroits à aller visiter dans plusieurs régions du Québec, c’est plus motivant, que le fameux <no where>.

Pour être plus précis, ces endroits me servent de direction à prendre, mais entre eux et mon point de départ, il y a une multitude d’autres découvertes possibles.  En fait, je sais d’où je part, je sais où je veux aller, mais pas certain nécessairement d’y arriver, tout va dépendre des découvertes au hasard de la route.

Résumé de la méthode :

Mais comment trouver ces endroits ?  Pour le faire j’utilise des banques de photos (que celles qui peuvent contenir des coordonnées GPS ou emplacement), des applications sur ma tablette ou sur Win10.

Comme applications, j’utilise entre autres FlickStackr , il permet des recherches précises car on peut effectuer la recherche strictement sur la portion de carte choisie, plutôt pratique, et beaucoup de photos précisent l’emplacement, je vérifie à l’aide de google street, et si le sujet est bien à cet endroit, je récupère les coordonnées exactes en faisant un clic droit sur l’emplacement et dans la fenêtre qui s’ouvre je choisi < Plus d’infos sur cet endroit>

 

Il y aussi l’application Panoramio HD

Une autre qui permet de faire des recherches à partir de la portion de carte affichée, et quand l’emplacement est disponible, l’icône est en surbrillance, en appuyant dessus, la carte s’ouvre et offre plusieurs affichages différents, de plus il y a un curseur de zoom facilitant cette action.

Je viens d’en découvrir une nouvelle qui fonctionne sous Win 10, < Best photos on Flickr >, je la trouve moins intéressante que les 2 autres, car il faut visiter chaque photo pour savoir s’il y a des coordonnées, par contre quand il y en a, elles sont sous la forme 45.50459,-73.55604, donc juste à copier-coller dans Google pour vérifier si elles sont bonnes.  Je dois quand même avouer que cette application m’a permis de découvrir des sujets que je n’avais pas vu dans les autres.

Une fois que je considère en avoir suffisamment, je me fait une carte avec Google Earth, quand le tout est complété, j’enregistre ma carte dans un fichier kml.

Malheureusement, ce type de fichier n’est pas compatible avec mon GPS Garmin, je me dois de le convertir en fichier GPX  à l’aide du programme ITN Converter.

Ensuite je branche mon GPS Garmin à mon ordinateur et place le fichier GPX dans le dossier à cette fin, je déconnecte le GPS et l’ouvre.  Et voilà tous mes points d’intérêts prêt à être utiliser.

Pas mal plus simple et moins de travail que d’inscrire manuellement plus d’une centaine d’endroits dans le GPS.

 

Je me fais ensuite une copie papier de tous ces endroits, que je pourrai gérer comme bon me semble selon la ou les destinations de ma prochaine sortie photo.

Oui, c’est pas mal de travail, mais le temps sauvé sur le terrain le vaut, quand j’arrive sur place tout m’est familier, ah oui, j’oubliais de préciser que partout où cela est possible, je vérifie les environs à l’aide de Google Street, ça me permet de vérifier si les coordonnées trouvées sont bonnes et aussi de voir si autour il y autre chose d’intéressant, c’est probablement cet outil qui m’a fait faire le plus de belles découvertes.

 

Bien sûr, on peut utiliser directement Google Street pour effectuer des recherches au hasard dans un secteur que l’on voudrait visiter, ce sera sûrement plus long pour faire de belles découvertes, mais chose certaine, vous aurez assurément sauvé beaucoup de pertes de temps à faire du kilométrage pour rien.

 

Voilà, il ne vous reste qu’à vous amuser à trouver vos prochaines destinations photos.

 

 

 

 

 

 

 

Lightroom 911

Dans les dernières semaines j’ai éprouvé quelques petits problèmes avec mon Lightroom CC, des ralentissements anormaux, au point que d’effectuer des traitements avec le pinceau, celui-ci se déplaçait par saccade ou le traitement apparaissait au bout de quelques secondes, oui oui, quelques secondes.

Disons que c’est plutôt décevant lorsque tu viens de faire l’acquisition d’un ordinateur du genre formule 1.  Si j’avais eu mon ancien système, c’est automatique que je lui aurais mis sur le dos ces problèmes de ralentissement, mais là, c’est certain que le problème venait du côté de mon Lightroom.

Donc, début des recherches sur les différents forums, tout ce que cela m’a apporté, c’est de découvrir que je n’étais pas seul à vivre ces difficultés, mais la solution, mis à part toutes sortes de conseils qui ne fonctionnaient pas, était inexistante pour le moment.

Pour terminer, pas eu le choix que de me tourner directement vers les gens d’Adobe en utilisant le service en ligne (chat), service impeccable de leur part, la personne qui discutait avec moi m’a fait essayer plusieurs avenues, malheureusement sans succès.

Elle m’a demandé mon autorisation pour avoir accès à mon système à distance, ce que j’ai autorisé.  Là j’ai suivi ses essais sur mon écran, j’ai constaté que j’avais essayé pas mal tout ce qu’elle faisait, au moins, j’avais fait les bons devoirs.

Finalement, la solution est venue d’une réinitialisation des préférences avant l’ouverture de Lightroom.

Pour le faire vous devez appuyez et maintenir les touches du clavier Maj + Alt et cliquer sur votre icône Lightroom, une fenêtre vous apparaîtra dans laquelle il vous sera demandé si vous désirez vraiment réinitialiser toutes vos préférences, si oui, elles seront remises à leurs valeurs par défauts.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, tout est revenu à l’ordre, mais qu’est-ce que les préférences ont à y voir, je me pose encore la question.

ATTENTION! Si vous décidez d’essayer cette solution pour tenter de corriger un problème sans solution, il reste que vous devrez refaire tous vos choix dans les préférences et si vous aviez utilisé le système des couleurs pour vos photos, tout sera à refaire de ce côté.  Dans mon cas, je l’utilise pour identifier mes types de fichiers, alors, un p’tit 5 minutes me suffit pour identifier l’ensemble de mes dizaines de milliers de photos de nouveau, car le système de recherche de la bibliothèque facilite ceci.  Mais si vous utilisez les couleurs pour identifier vos meilleures photos, là ça risque d’être un travail plus fastidieux, alors pensez-y avant d’effectuer ce changement.

 

 

Ma 2e expérience avec M. Ralentissement, m’est arrivé dernièrement, Bof! pas grave, je vais refaire la correction dont je viens de vous mentionner, ouch! fonctionne pas.

Bon ok, j’ai fait le tour des quelques suggestions faites quand on rencontre ce type de problème, dont vider le cache de Camera Raw (dans les préférences, onglet Gestion des fichiers).

Vu que cela ne fonctionnait pas, je me suis tourné vers ma carte graphique.

Quand notre carte graphique est compatible, Lightroom en utilise les performances du processeur graphique, ce qui fonctionnait à merveille sur mon système jusqu’à dernièrement.

Gotcha!!!! C’était la source du problème, dès que je décoche cette option tout redevient normal.

MAIS pourquoi tout à coup ce qui fonctionnait bien, n’est plus correct maintenant, et pourtant, je n’ai pas fait de changement sur mon système, aucune installation de logiciel de plus, etc, alors pourquoi??

C’est sur cette piste de recherche que je me lance, en espérant trouver une logique quelconque derrière tout ça, mais disons que ça commence à être agaçant ces petits bugs sporadiques.

Voilà des pistes à explorer pour vous si jamais vous vivez des problèmes similaires.

 

 

 

 

 

Panorama Polaire (Sphérique)

Panorama Polaire, ou sphérique, ou petite planète, au format d’image carré, différents traitements pour arriver à un résultat qui transforme votre photographie en une forme sphérique.

Je ne sais pas exactement d’où vient le nom de ce traitement, mais j’imagine que c’est lié au filtre que nous utiliserons dans Photoshop et qui s’appelle < Coordonnées polaires >

C’est un traitement que je trouve assez cool, mais pas le genre que nous utiliserons très souvent.  À force d’essayer des photos avec celui-ci, je commence à cerner le style de photo dont j’aime bien le résultat, mais là c’est une question de goût et je vous laisse trouver les vôtres.

 

Dans ce que j’ai lu, il faut utiliser une photo panoramique, mais je l’ai essayé avec une photo au format standard et ça fonctionne aussi, mais comme on dit, il n’y a rien comme expérimenter pour apprendre et surtout s’amuser.

Donc voici comment on procède.

Pour mon exercice, j’ai choisi une photo standard, non redimensionnée, mais vous pouvez le faire si vous voulez, le traitement va en être moins long à exécuter avec une photo de plus petit format.

p01

J’ai décidé de recadrer la photo pour lui donner une aspect panoramique

p02

Ensuite, dans Lightroom, je vais faire >modifier dans Photoshop

Une fois ouverte dans Photoshop : faire Alt+Ctrl+i pour ouvrir la fenêtre <dimension de l’image>

Comme première action, désélectionnez l’outil maintenant le ratio des dimensions, flèche 1

Ensuite, vous allez modifier la dimension hauteur en lui donnant la même que pour la largeur, flèche 2

p03

Cela va avoir pour effet d’étirer sur la hauteur votre photo

p04

Ensuite, onglet image, choisir rotation de l’image à 180°

p05

Maintenant, dans l’onglet Filtre, choisir > déformation> et coordonnées polaires

Dans la fenêtre du filtre, il n’y a pas vraiment d’ajustements particuliers à faire, il n’y a que 2 choix possible, et celui qui nous intéresse est < Rectangulaire en polaire >

Une fois que vous l’avez sélectionné, il ne vous reste qu’à appuyer sur OK et en principe c’est terminé.

p06

p07

Personnellement, je trouve que dans le résultat le ciel est beaucoup trop présent, alors je vais la recadrée.

p08

Quand on regarde notre résultat, on se rend compte que la finition entre le début et fin de notre photo est une ligne assez visible, de plus, et les 2 extrémités ne s’intègre pas nécessairement bien entre elles.

Je vais tenter d’adoucir le résultat en utilisant les outils de retouches de Photoshop, tel :

Outil pièce, tampon de duplication, correcteur,

En premier j’ai travaillé avec l’outil correcteur, afin de faire disparaître le plus possible cette ligne de joint très franche.

Après, ce fut le tour du tampon pour faire disparaître certains bouts de fils électrique et en prolonger d’autres, plus quelques petites réparations.

p09

Le résultat est plus joli

 

Et pour vous montrer la différence entre la photo recadrée ou pas, voici le même travail mais avec la photo aux dimensions d’origine, vous allez constater que le résultat est moins intéressant et moins dynamique.

 

p11

Juste avant de terminer, voici ma version finale en y ayant ajouté une texture, question de ne pas avoir que du bleu à plat tout autour, ça rend l’image un peu plus vivante.

p12

Voilà, il ne vous reste plus qu’à expérimenter et y ajouter votre grain de sel, bon Try and Taponne LOL!

 

Michel Beauregard

Lightroom, les mots-clés

Les fameux mots-clés, on regarde nos photos pour finalement ajouter toujours les mêmes, enfin, pour ceux qui utilise cet outil performant de Lightroom.  On ajoute ceux qui nous viennent en tête en premier, des termes qui nous sont coutumier, mais il y a tellement d’autres termes auxquels nous ne pensons pas et qui faciliteraient notre recherche, tout en restreignant le nombre de photographies  qui en résulterait.

J’ai tenté de trouver un logiciel qui me faciliterait la tâche, j’en ai trouvé mais pour des termes en anglais.  C’était quand même mieux que rien, mais il me fallait traduire le tout.

Aujourd’hui, en faisant du ménage dans mes favoris sur la photo, j’ai revisité le site de Getty et en le consultant, j’ai remarqué qu’ils avaient mis en ligne un outil de recherche pour leur clientèle.

Getty

En regardant un peu le fonctionnement, je l’utilise pour trouver mes mots-clés supplémentaires, en fait, une fois que je l’aurai fait avec un certain nombre de photos de style différent, j’aurai amélioré ma banque de mots-clés et n’aurai plus besoin de le consulter.

J’effectue ma recherche pour trouver une photographie ressemblant à une des miennes à laquelle je veux attribuer de nouveaux mots clés.

 

Exemple ici, j’ai une photo d’un sentier dans le bois avec des promeneurs.

J’en ai trouvé une assez similaire, mais avec un couple en vélo.

Fort probablement que j’aurais mis comme mots-clés : boisé, sentier, vert, gens, promeneurs, arbre, l’endroit, saison, et peut-être 2-3 autres

Sur la photo de Getty, voici tous les mots-clés apparaissant sous la photo:  2015, 55-60 ans, 60-65 ans, Adulte, Adulte d’âge mûr, Arbre, Bonheur, Cadrage en pied, Capitales internationales, Cheveux blonds, Cheveux gris, Couple hétérosexuel, Deux personnes, Divertissement, Ensemble, Enthousiaste, Faire du vélo, Femmes d’âge mûr, Forêt, Hommes seniors, Horizontal, Image en couleur, Image saisie sur le vif, Insouciance, Jour, Le Cap, Mode de vie sain, Personne de race blanche, Personne humaine, Personne sereine, Photographie, Prise de vue en extérieur, Relaxation, République d’Afrique du Sud, Scène non urbaine, Senior dynamique, Seulement des adultes, Sourire, Tourisme vert, Troisième âge, Vitalité, Voie piétonne, Vélo

Quelques mots de plus vous voyez, naturellement, c’est très poussé comme liste, mais on peut en glaner quelques-uns qui nous semblent intéressant, et oublier les autres.  Ce serait déjà un gros plus pour notre liste.

 

Il y a un PDF expliquant le système sur le site, déjà, à lui seul, il offre une belle liste de mots-clés.

Guide des mots-clés

 

L’hiver c’est beau, mais c’est froid!!!!

 

Dernièrement j’ai fait une sortie par temps froid extrême, avec le facteur vent -38 degrés Celsius, en fait ce n’est pas froid mais bien FRETTE!

Ceci m’a fait réaliser, que bien que le froid ne me rebute pas, il me faut bien tenir compte tout de même, car, faire de la photo quand on a les doigts gelés, et bien ça devient difficile et plus tellement intéressant, on pense plus à aller se mettre à l’abri et se réchauffer.

Côté vêtement, pour la plupart nous avons ce qu’il faut sous la main pour être bien au chaud ou tout du moins, rendre la sortie au froid acceptable.

Où ça devient plus compliqué, ce sont nos mains et pieds, si les bouts gèlent, même si nous avons chaud au corps, ça devient très désagréable et de toute façon, surtout les doigts gelés, toute manipulation de nos boutons sur la caméra devient difficile pour ne pas dire, impossible.

Alors il faut mettre l’accent sur la protection de ces parties de notre anatomie.  Mais comme nous sommes photographes, il ne faut pas que cette protection devienne aussi nuisible que le froid.  À titre d’exemple, assez difficile de faire de la photo avec de grosses mitaines de cuir.

Alors il faut trouver des gants suffisamment minces pour bien sentir les parties de l’appareil et pouvoir manipuler tous les boutons.

Il y a maintenant une multitude compagnies qui proposent des gants ou mitaines chauffantes, le tout fonctionnant avec des piles rechargeables, certaines moins efficaces que d’autres, et parfois il y en a qui ont des problèmes avec la conception.  Alors il faut faire le tour et voir les commentaires des utilisateurs, car, si vous décidez de vous payer une paire de gants de ce genre, il vous faudra investir plusieurs centaines de dollars, alors, c’est un achat à ne pas faire à la légère.

C’est ce que j’ai fait et les commentaires que j’ai eus et lus, m’ont fait opter pour une cie Canadienne, sise à Calgary et qui fabrique les gants Motion Heat.

Ces gants ne sont pas faits au départ pour des photographes, mais plutôt pour les utilisateurs de motos qui continus tard en saison à les utiliser.  Mais ça fonctionne très bien pour quiconque a besoin d’avoir les mains au chaud.

https://www.youtube.com/watch?v=u-OMBWwxTAY

Ils sont conçus aussi pour être utilisés comme doublure de vos gants habituels, je ne les ai pas encore reçus, je pourrai ajouter des commentaires éventuellement sur les pour et contre.

Mais bref, il existe bien d’autres Cie. qui vendent ce type de produit et les prix varient beaucoup, une recherche sur Google vous ne fera découvrir toute une panoplie.

Il semble que ceux de cette Cie. ais de meilleures batteries, de plus longue durée, des batteries 12 volts.

Il y a un autre système intéressant qui existe et fonctionnant sur le même principe, un genre de manchon dans lequel on se réchauffe les mains au besoin.  Ce qui peut nous permettre de travailler avec des gants minces et avoir une meilleure manipulation de l’appareil et se réchauffer les mains au besoin, le manchon étant attaché au niveau de la ceinture, c’est facile d’utilisation.

http://www.iandmelectric.com/collections/heated-gear/products/rechargeable-hand-warmer?variant=1025394076

Il existe aussi des semelles chauffantes, dans mon cas, je n’aime pas beaucoup, car j’ai un problème avec un pied qui enfle beaucoup durant la journée et là je serais vraiment beaucoup trop compressé dans ma botte, alors ça ne serait pas plus agréable que le froid.

Mais pour ceux qui n’ont pas ce problème, sûrement un autre bon gadget à utiliser pour être au chaud par temps froid.

http://www.iandmelectric.com/collections/heated-gear/products/thermacell-heated-insoles?variant=381415164

 

Naturellement, maintenant que nous sommes équipés pour faire face au froid, il faut penser aussi à l’équipement.

 

 

L’appareil photo

Si je me fie à ce que j’ai lu sur le sujet, les constructeurs d’appareils ne sont pas très encourageant à ce sujet, faire de la photo avec son appareil par température négative peut même annuler la garantie, en fait, dans votre livre il y a une plage température à respecter, dans un des miens c’est de 0 à 40 degrés Celcius, et c’est si vous utilisez votre appareil hors de cette plage que vous pouvez perdre votre protection (garantie)…    mais quand la garantie n’est plus, à nous de juger si le risque en vaut la chandelle, car oui il y a risque :

  • Le premier problème, plus que risque, c’est la décharge rapide des batteries (voir plus bas)
  • Assurément, il y a des pièces mécaniques qui pourraient se bloquer, ou ne pas fonctionner normalement.
  • L’électronique aussi subira de sérieux problèmes de fonctionnement
  • Et le lubrifiant lui, il ne fait plus ou pas bien le travail pour lequel il est conçu.
  • Mais le pire risque entre tous, c’est celui causé par la condensation, celle-ci causera des problèmes de flou sur vos images, de la condensation c’est de l’humidité, donc une forme d’eau, donc conductrice, alors danger de court-circuit et de $$$$ en réparation.
  • Le froid rend certaines parties des appareils très fragiles, pensez aux pièces en plastique entre autre.

Si malgré tout vous décidez de faire de la photo par temps froid, voici quelques suggestions de précautions à prendre :

Le premier des problèmes à faire son apparition, la baisse rapide de la charge de la batterie.  Donc, ayez plusieurs batteries, il vous en faudra bien plus que d’habitude.  Maintenez-les au chaud, sous vos vêtements d’hiver, pas agréable d’aller fouiller en dessous de ces couches pour les récupérer, mais elles auront conservé leur charge beaucoup plus que si conservées dans votre sac photo, avoué que dans le sac, elles ne sont pas en meilleures postures que dans la caméra, alors…

Évitez de faire de la photo d’extérieur au froid et passer ensuite en intérieur pour en faire, condensation assurée et futurs problèmes à venir, à éviter.  Si vous décidez d’aller visiter un musée ou autre en intérieur, conserver l’appareil au chaud dans le sac jusqu’à votre destination.

Si vous devez entrer à l’intérieur (pas pour faire de la photo, mais diner, exemple), si votre auto n’est pas loin, prenez le temps d’aller la mettre dans votre coffre, mais si vous n’avez pas le choix, placez-la dans un sac de plastique hermétique, si vous avez des sachets de silices, mettez-les dans le sac aussi, et mettez ce sac dans votre sac photo.  Les problèmes de condensation et d’humidité seront amoindris.

Si votre but est de faire la photo du lever du soleil, heure bleue ou dans le genre, je vous suggère de limiter au maximum votre présence sur le terrain, surtout que vous avez de bonnes chances que le froid soit à son maximum à cette période de la journée, alors vous gèlerez moins longtemps et votre appareil subira moins longtemps ce froid intense.

Au retour à la maison, faite la même chose et laissé votre appareil dans votre sac pour plusieurs heures, idéalement, si vous n’avez pas besoin d’utiliser votre appareil, attendez au lendemain pour le sortir du sac.  Avant de faire cela, récupérer votre carte mémoire au froid, vous pourrez traiter vos photos rapidement et la carte subie moins les problèmes cités.

Il existe un gadget au silice que l’on peut utiliser très longtemps, il peut être réactivé en le plaçant au four pendant quelques heures, il y a un code de couleur qui vous avertit que le moment est venu de le faire.

http://www.amazon.ca/Pelican-Indicating-Desiccant-Silica-Canister/dp/B0018O035O/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1455564950&sr=8-1&keywords=40+Gram+Indicating+Desiccant

 

N’oubliez surtout pas que….toute utilisation en dehors de la plage normale est à vos risques et périls, bye bye la garantie.

Bonne sorties photos.

Des outils externes pour Lightroom

Pour la majorité des utilisateurs de Lightroom, on utilisera le clavier, une souris ou une tablette Wacom.  Mais il existe d’autres façons de faciliter notre travail avec ce merveilleux logiciel de gestion de notre photothèque.

Une de mes préférées et la moins dispendieuse de tous, l’application LRPAD

Installée sur votre IPAD, cette application vous donnera accès et contrôle sur plusieurs fenêtres du module développement, dont réglages de base, détail, couleur, caméra(qui est mixte de plusieurs items), métadonnées et accès aussi à vos paramètres prédéfinis.  Elle permet aussi de naviguer entre les photos du film fixe.

 

Même si vous n’aimez pas travailler à partir de cette application sur votre IPAD, juste le fait de pouvoir avoir accès en un seul coup d’œil sur l’ensemble des métadonnées de votre photo, je la trouve intéressante, surtout que le coût en est négligeable, moins de $10.

IMG_0740

Il existe aussi des clavier midi(genre de mixer) que l’on peut configurer les options.  ils sont plus ou moins dispendieux et prenne aussi beaucoup plus d’espace dans notre environnement de travail.

 

Je viens d’en découvrir un qui mérite peut-être de l’attention vu qu’il a un prix raisonnable. Le PFixer de Pusher Labs. Ils offrent plusieurs modèles qui vont de $30 à $360.

Selon le modèle, vous pouvez le configurer avec un choix de 200 fonctions et aussi des paramètres prédéfinis.

Malheureusement, que pour les utilisateurs de Mac OSX

 

Et il y aussi pour ceux qui ont le goût d’avoir quelque chose de plus versatile et beaucoup plus coûteux, le système Palette, jusqu’à 18 modules auxquels l’on peut donner la configuration de notre choix et dont on peut aussi programmer d’une multitudes de façons et pour plusieurs logiciels différents.

Jusqu’à $900 pour un kit complet.

Voilà quelques options de dépenses pour 2016 hi hi!

Faites vous plaisir et bonne photo…